• LOUVIGNY (rive gauche)

    Située sur la rive gauche de l'Orne dont parfois elle subit les inondations, la commune de Louvigny fait face à celle de Fleury-sur-Orne, située rive droite du fleuve.

     LOUVIGNY (rive gauche)LOUVIGNY (rive gauche)LOUVIGNY (rive gauche)

    Photo 2 extraite du site : http://www.stfrancoisdesodons.catholique.fr/spip.php?article35 ; photo 3 extraite de http://www.webpommes.com/index.php?/page/43

     


    Afficher une carte plus grande

    LOUVIGNY (rive gauche)  LOUVIGNY (rive gauche) est une petite ville française, située dans le département du Calvados en région Normandie. Ses habitants sont appelés les Loupiaciens et les Loupiaciennes.
         La commune s'étend sur 5,6 km² et compte 2 769 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2004. Avec une densité de 491 habitants par km²,
    Louvigny a connu une nette hausse de 56,9% de sa population par rapport à 1999.
         La commune est en plaine de
    Caen, dans la banlieue sud-ouest de Caen. Entourée par les communes de Bretteville-sur-Odon, Caen, Fleury-sur-Orne, Saint-André-sur-Orne, Maltot et Éterville, Louvigny est située à 1 km au nord-ouest de Fleury-sur-Orne, à 5 km du centre de Caen la capitale régionale, à 11 km au nord-est d'Évrecy et à 19 km au nord de Bretteville-sur-Laize.
         Située à 10 mètres d'altitude, le fleuve l'
    Orne, la rivière l'Odon sont les principaux cours d'eau qui bordent la commune de Louvigny
    . http://www.annuaire-mairie.fr/ville-louvigny-14.html + Wikipédia

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Toponymie

         « Le nom de la localité est attesté sous la forme Loveneium en 1082. Le toponyme serait issu de l'anthroponyme latin/roman Lupinius ou dérivé de lupus, « loup ».

         Athis, attesté sous la forme Athy en 1275, serait issu du gaulois attegia, « hutte ». (Wikipédia)

     

    LOUVIGNY (rive gauche)Blason :

     

    Tiercé en fasce : au 1er de gueules à l'étoile d'or, au 2e d'azur à trois croissants rangés d'or, au 3e d'argent au lion de sable issant de la pointe de l'écu. (Wikipédia)

    Histoire

         « Le 22 août 1886, Louvigny fut reliée à la gare de Caen par une ligne de chemin de fer qui allait à l'origine jusqu'à Aunay-sur-Odon et qui fut ensuite prolongée en 1891 jusqu'à la gare de Vire. Le transport des voyageurs sur la ligne Caen-Vire fut interrompu le 1er mars 1938. Le transport de marchandises fut par la suite limité à Jurques, puis définitivement suspendu. La ligne a alors été déclassée et déferrée. L'emprise de la voie ferrée a en partie été reprise par la route départementale 405 entre Caen et Louvigny, ainsi que par une voie verte entre Louvigny et Bretteville-sur-Odon.

         Restée stable jusqu'à la fin des années 1940, la population de cette commune périurbaine a quadruplé en soixante ans, passant de 610 habitants lors du recensement de 1946 à 2 733 habitants à celui de 2009. »

         Jumelages avec : Feniton (en) (Royaume-Uni) depuis 1976, Zellingen (Allemagne) depuis 1984, Bertea (Roumanie) depuis 1999 et Molvena (Italie) depuis 2001. (wikipédia)

    Athis

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Photo à droite montrant le bas-relief commémorant la bataille du gué d'Athis. Photo extraite de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Louvigny_%28Calvados%29

         « La commune d'Athis, au sud de Louvigny, où l'on recensait 18 habitants en 1793, a été rattachée à Louvigny par arrêté du 23 nivôse an VI (janvier 1798). En 1047, Guillaume le Conquérant mit fin à la révolte des barons normands à la bataille du Val-ès-Dunes. Des barons rebelles en fuite tentèrent de franchir l’Orne au gué d'Athis « entre Fontenay et Allemagnes » comme il est raconté dans le Roman de Rou (c'est-à-dire entre Saint-André-sur-Orne et Fleury-sur-Orne dans leurs appellations actuelles). Surpris par la montée des eaux et la vitesse du courant, les cavaliers et leurs chevaux se noyèrent, emportés par les eaux et massacrés par leurs poursuivants. À la ferme d'Athis, un bas-relief assez dégradé commémore cet évènement, il représente un blason et deux chevaliers se faisant face. » (Wikipédia)

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Lieux

         Cinq lieux de Louvigny sont classés ou inscrits à l'inventaire des monuments historiques ou en tant que sites :

         Le clocher du 14e de l'église Saint-Vigor, inscrit le 16 mai 1927 : « L’église Saint-Vigor est le seul monument de la période médiévale qui subsiste à Louvigny. C’est donc un important témoin de son histoire.
         Pendant la bataille de Louvigny, en Juillet 1944, l’église a beaucoup souffert. La nef et le chœur ont été si touchés qu’il a fallu les reconstruire en grande partie, d’où l’aspect très neuf des pierres et de nombreux éléments du décor. Cependant l’architecte chargé des travaux n’a pas modifié le plan et le volume du bâtiment cherchant, avant tout, semble-t-il, à rétablir les dispositions qui existaient avant la guerre. En revanche, la tour-clocher n’a subi que peu de dommages.

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Photo 4 extraite du site : http://www.stfrancoisdesodons.catholique.fr/spip.php?article35

         L’église de Louvigny se compose d’une nef, d’un chœur, orientés vers l’Est, et d’une tour-clocher servant aussi de porche, accolée à l’extrémité occidentale. Ces trois parties n’ont pas été élevées en même temps ; elles ont remplacé, à différentes étapes, des édifices plus anciens dont il ne reste rien sauf probablement des vestiges dans le sol même de l’église. La nef qui appartient au style gothique est apparemment la partie la plus ancienne. On peut le voir à plusieurs indices : d’abord, au fait que les deux autres parties (le chœur et la tour) prennent appui contre elle, ce qui est l’argument le plus fort. Ensuite des indications peuvent être trouvées dans le percement des murs par des baies étroites et hautes, dans les voûtes qui sont légèrement bombées, s’appuyant donc lourdement sur les murs latéraux, sans être portées par des arcs plaqués contre ces murs qu’on appelle formerets, dans le volume et la forme des contreforts à l’extérieur, enfin dans la décoration (chapiteaux, moulures des arcs).
         Si tous ces éléments n’ont pas été trop modifiés à la reconstruction, on pourrait avancer la deuxième moitié du 12e siècle. Il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’une église rurale où, malgré la proximité de Caen, les influences architecturales et décoratives ont un certain retard par rapport aux grands monuments gothiques de la ville voisine (choeur de Saint-Étienne, Saint-Pierre, Saint-Jean, Salle des Gardes). II est certain que le chœur vient en second lieu. Pour s’en convaincre, il suffit de s’avancer un peu au-delà de l’autel et d’observer la jonction de la nef et du chœur : on voit nettement que la voûte du chœur, plus haute que celle de la nef, repose sur l’arc d’entrée de celle-ci : donc le chœur ne peut être que postérieur à la nef.

         De plus, le style est différent, plus évolué : les arcs sont plus aigus, les voûtes ne sont presque plus bombées, le décor est plus riche et plus réaliste.
    On trouve là quelques éléments caractéristiques du gothique normand. L’ensemble évoque le 14e siècle. Cette nef et ce chœur gothiques ont probablement remplacé un édifice d’époque romane.

         Au siècle dernier, Arcisse de Caumont a décrit dans sa Statistique Monumentale du Calvados (1846) « une corniche ornée de moulures en damier » qu’on ne voit plus aujourd’hui mais qui prouve l’existence d’une nef romane dont les murs ont peut-être subsisté à la période gothique, les baies ayant seulement été remplacées dans le nouveau style. La tour est la partie la mieux conservée : elle est, de ce fait, classée « Monument Historique ». Elle se divise, dans le sens de la hauteur, en trois niveaux. Au rez-de-chaussée, un porche couvert d’une voûte sur croisée d’ogives. Au premier étage, une petite salle. A la place de la clef, un oculus, c’est-à-dire un trou circulaire pour le passage des cordes. Au second étage, la salle des cloches… surmontée par un toit en bâtière, construit en pierre. Les trois niveaux sont réunis par un escalier à vis, accolé sur le flanc sud de la tour et nettement affiché à l’extérieur. La décoration, notamment les fines moulures des pieds-droits et la modénature des ogives indiquent le 15e siècle. Sans être un chef-d’œuvre de l’architecture médiévale, la tour-clocher de Louvigny a de bonnes proportions. Elle apparaît de loin au-dessus de la futaie du château. Grâce à la technique de datation appelée dendrochronologie on peut affirmer d’une façon certaine que la tour-clocher remonte à la première moitié du 15e siècle, en tout cas avant 1450."

    Document réalisé par Jacques Lericheux, à partir de l’article écrit par M. Joseph Decaëns - Loupy, bulletin municipal de Louvigny. » http://www.stfrancoisdesodons.catholique.fr/spip.php?article35

     LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)
    Photos extraites de
    http://wikimapia.org/5920942/fr/Louvigny-le-ch%C3%A2teau-monument-historique

         Le château de Louvigny, édifié au 18e, est la résidence privée de la famille de Brye. Il est inscrit le 21 mars 1946. Le parc du château a été classé également le 10 décembre 1945. Voir à : http://www.donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/14048f.pdf

         La plantation de peupliers en bordure de la route départementale 212 entre Caen et Louvigny, site classé le 7 mars 1944. Voir à http://www.donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/14049f.pdf

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

         Le terre-plein dit « le planitre », site classé le 20 août 1932. Voir à http://www.donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/14047f.pdf

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Photos extraites du site http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Louvigny_Porte_17eme_01.jpg et http://empuria-network.fr/projects/florida/fr/monuments/Porte-du-17e-siecle-31337_1

         Une porte du 17e, inscrite le 17 février 1928.

         La Pierre Couchée. Au bord de l'ancien « Chemin Meunier » se trouve une grosse pierre couchée et brisée. Elle ressemble à un menhir mais il pourrait plutôt s'agir d'une borne milliaire gallo-romaine ou d'une « devise » servant à délimiter des parcelles.

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    Photos extraites du site :http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Couch%C3%A9e_%28Louvigny%29

         « La Pierre Couchée est un menhir situé sur la commune de Louvigny dans le département du Calvados en France. La pierre se trouve en bordure du Chemin Meunier à l'ouest de la commune, au carrefour de deux chemins ruraux, près du Champ de la Pierre. Il pourrait être au centre d'un lieu de culte à la fin du Néolithique. Le Chemin Meunier est une ancienne voie qui était utilisée autrefois pour transporter les récoltes de blé depuis le gué d'Athis sur l'Orne jusqu'aux nombreux moulins situés sur les rives de l'Odon. La pierre est constituée d'une roche calcaire très dure, étrangère à la région. Elle est couchée à terre, brisée en deux morceaux et comporte de nombreuses cupules. Sa longueur totale dépasse les 2 m. La pierre s'est brisée en tombant, et non pas avant, car les morceaux sont accolés. M. Jean Desloges, conservateur du patrimoine à la Direction régionale des Affaires culturelles de Basse-Normandie a étudié cette pierre le 8 juillet 2009 et à son avis ce ne serait pas un mégalithe. En effet, on ne remarque pas de différence d'état entre la partie aérienne et la partie qui a été enterrée (absence de météorisation, pas de dégradation liée au gel, au vent, à la pluie, aux variations thermiques qui caractérisent les mégalithes millénaires de 2000 à 4000 ans av. J.-C.). D'autre part, alors que les menhirs gardent une base peu travaillée et de forme conique, on constate que la base de cette pierre a été taillée pour la rendre plate. Pour M. Desloges, cette pierre devrait être plus probablement une borne milliaire gallo-romaine utilisée comme repère aux croisement de voies de circulation ou comme une devise marquant une limite de parcelles. Elle présente de toute façon un intérêt historique. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Couch%C3%A9e_%28Louvigny%29

    Personnalité liée à la commune :

          Philippe Duron (né en 1947), ancien maire de Louvigny (1989 à 2004), est député du Calvados et a été président du conseil régional de Basse-Normandie de 2004 à 2008 et maire de Caen de 2008 à 2014.

    Le site internet de Louvigny est http://www.ville-louvigny.fr/

    LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche) LOUVIGNY (rive gauche)

    « FLEURY-SUR-ORNE (rive droite)DE CAEN A OUISTREHAM »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :