• GOUPILLIERES (rive gauche)

    La petite commune de Goupillières, située rive gauche de l'Orne, fait face à celles des Moutiers-en-Cinglais et de Grimbosq, sises rive droite.

    GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche)

    Photo de gauche extraite de http://www.suisse-normande.com/nos-34-communes/goupillieres/  ; Photo de droite : le pont de Brie extraite de http://www.kelquartier.com/basse_normandie_calvados_commune_goupillieres_14210-c14307/revenu_moyen.html

    GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche) est un petit village français, situé dans le département du Calvados en région Normandie. Goupillières est située au nord de la Suisse normande, sur l'Orne, qui en constitue la limite communale orientale.
         La commune s'étend sur 2,3 km² et compte 170 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2004. Avec une densité de 74,9 habitants par km²,
    Goupillières a connu une nette hausse de 13,3% de sa population par rapport à 1999.
         Entourée par les communes de Ouffières, Trois-Monts,
    Grimbosq et Les Moutiers-en-Cinglais , Goupillières est situé à 1 km au nord-ouest d'Ouffières, à 6 kilomètres de Thury-Harcourt, 8 kilomètres d'Évrecy, à 22 km de Caen et à 41 km de Falaise.
         Située à 118 mètres d'altitude, le fleuve l'
    Orne, le ruisseau de la Vallée Fermante sont les principaux cours d'eau qui traversent ou bordent la commune de Goupillières
    . http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-goupillieres-14.html + Wikipédia

    Historique

         « Goupillières est établie sur la crête de la terrasse rocheuse dominant l’Orne. La première mention de Goupillières date de 1198. Au 17ème siècle, le chanoine de Bayeux, seigneur et patron de la paroisse, porte encore en son titre la désignation de Goupillières.

         Le village, bâti d’anciennes maisons en schiste, pierre locale, se compose de plusieurs hameaux. La commune est, après Tourville-sur-Odon, la plus petite en superficie du canton d’Evrecy.

         Après avoir commencé à rénover son patrimoine, Goupillières, limitée dans son expansion du fait de sa superficie, s’est doté d’un PLU qui préserve le caractère rural du village, sans renier les technologies modernes bien sûr. » http://www.suisse-normande.com/nos-34-communes/goupillieres/

    Lieux :

    GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche)

    Photo à droite : Église de Goupillières ; photo extraite du site Wikipédia

          L'église Saint-Eustache, bâtie en schiste, date du 17e siècle. « L’église en schiste du 17ème siècle avec son retable en bois sculpté et peint du 18ème, ses vitraux rénovés en 2010. » http://www.suisse-normande.com/nos-34-communes/goupillieres/

    Bords de l'Orne :

    GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche)

         Pont de Brie au-dessus de l'Orne. Sur l’Orne, se trouve "le barrage  hydroélectrique de 1934,  modernisé et automatisé en 2010 pour une meilleure production d’énergie propre et un respect de la qualité de l’eau, de la flore et de la faune. » http://www.suisse-normande.com/nos-34-communes/goupillieres/

    GOUPILLIERES (rive gauche) GOUPILLIERES (rive gauche)

    Photos extraites du site : http://www.kelquartier.com/basse_normandie_calvados_commune_goupillieres_14210-c14307/revenu_moyen.html

    Personnalité liée à la commune :

         Pierre François Devaux : « Né à Goupillières (Calvados) le 9 septembre 1741, Pierre François Devaux est le fils de Gilles Devaux et Catherine Rivière. Il s'installe à Paris, où il devient jardinier fleuriste, et se marie avec Élisabeth Charlotte Dive, devenant ainsi beau-frère par alliance d'un autre futur révolutionnaire, Robert Guillaume Antoine Delabarre. Son rôle au début de la Révolution est effacé, mais il succède en juillet 1793 à Delabarre au Conseil général de la Commune de Paris, où il représente la section de la Croix-Rouge. Par quatre fois, il est appelé à garder la reine et ses enfants au Temple. À la chute de Robespierre le 9 thermidor de l'an II (26 juillet 1794), il signe l'appel de la Commune à soutenir Maximilien de Robespierre et à libérer la Convention. Les signataires de cet appel sont mis hors-la-loi par la Convention dans la soirée. Quand les robespierristes sont capturés sans jugement, le tribunal révolutionnaire se borne à enregistrer son identité le 11 thermidor, et il est exécuté avec 70 autres membres de la municipalité de Paris le jour même (29 juillet 1794). Ses biens, acquis à la République, ont été rendus à sa famille au terme d'une procédure qui a duré jusqu'en l'an XI. Il laisse trois enfants, Jean-Pierre, Pierre-Étienne et Charlotte-Agnès Devaux. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Fran%C3%A7ois_Devaux

    « LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS (rive droite)GRIMBOSQ (rive droite) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :