• BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

     L'Orne sert de limite communale entre Blainville-sur-Orne, rive gauche, et Colombelles, rive droite ; la commune a été bouleversée lors du redressement du fleuve au 18ème siècle et le creusement du canal de Caen à la mer.


    Afficher une carte plus grande

     BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) est une ville française, située dans le département du Calvados et la région de Basse-Normandie. Ses habitants sont appelés les Blainvillais et les Blainvillaises.
         La commune s'étend sur 7,1 km² et compte 5 919 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 832,5 habitants par km²,
    Blainville-sur-Orne a connu une nette hausse de 34,9% de sa population par rapport à 1999.

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)
         Entourée par les communes de
    Hérouville-Saint-Clair, Biéville-Beuville, Bénouville, Ranville et Colombelles, Blainville-sur-Orne se situe dans la banlieue nord-est de Caen à 8 km de la ville, à 3 km au nord-est d'Hérouville-Saint-Clair, le long du canal de Caen à la mer et à égale distance de Caen et Ouistreham sur l'axe routier reliant le terminal ferry à destination de la Grande Bretagne.

         Blainville-sur-Orne est répartie sur les deux rives du canal qui relie Caen à la mer. Sur la rive droite, la zone artisanale, avec l'usine Renault Trucks qui a succédé aux chantiers navals et diverses industries ainsi que la zone portuaire et sur la rive gauche la commune résidentielle.

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

         Située à 20 mètres d'altitude, le fleuve l'Orne est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Blainville-sur-Orne et son ancien affluent de la rive gauche le Dan lui sert de limite communale au sud avec Hérouville-Saint-Clair (voir à ce nom).

         La commune est jumelée avec Bomlitz (de) (Allemagne) depuis 2004 et Sartirana Lomellina (Italie) depuis 2007. http://www.annuaire-mairie.fr/ville-blainville-sur-orne.html + http://www.blainville-sur-orne.fr/decouvrir_blainville/presentation.html + Wikipédia

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

     

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)Les armes de la commune Blainville-sur-Orne se blasonnent ainsi :
    écartelé : au premier et au quatrième d'azur aux trois fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième de sinople au sautoir bretessé d'argent chargé d'un sautoir d'or ; sur le tout d'or à la bisse ondoyante d'azur posée en pal (de Colbert). La référence au fleuve "Orne" a été ajoutée en 1958. (Wikipédia)

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

    Histoire

         Un oppidum gallo-romain était situé sur un éperon rocheux dominant la vallée du Dan. Des vestiges ont été retrouvés en contrebas datant de l'époque où ce bras du Dan était navigable. (Wikipédia)

         « Blainville-sur-Orne porte ce nom depuis le 8 octobre 1958, elle s'est appelée successivement : Bledvila, Blévilla, Bléville, Blainville-sur-Houlme.

         C'est à partir de l'époque néolithique, que l'on trouve des traces de l'histoire et de l'existence de la commune, en particulier sur une nécropole d'une superficie de dix hectares. Blainville-sur-Orne connaît son développement à partir de 1680 à l'époque de Colbert ; en effet celui-ci investit la ferme Letellier, pour en faire son domaine de chasse et prend d'ailleurs le titre de seigneur et châtelain de Blainville. Il reste aujourd'hui le porche du manoir, ce dernier étant implanté face à la mairie. Les armoiries de la ville sont aussi une trace du passage de Colbert sur le territoire de la commune.

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

          Les Chantiers navals français (CNF) ont construit plusieurs centaines de navires entre 1918 et 1954 et ont employé de nombreux Blainvillais. C'est à partir de 1918 que sont donnés les premiers coups de pioche de la société des Chantiers Navals Français en bordure du canal maritime qui relie le port de Caen à la mer. L'objectif de l'époque était la livraison de 100 000 tonnes de navires neufs par an. Le premier navire qui fût lancé à Blainville-sur-Orne le 19 juin 1920 était de type Marie Louise, il porte le nom de Député René-Reille-Soult ; dans les années qui suivent les Chantiers Navals Français vont connaître leur âge d'or jusqu'au 30 novembre 1933 avec le dernier lancement d'un bâtiment de 2 570 tonnes armé de six canons de 138 et équipé d'une machine de 74 000 chevaux. En 1936, les Chantiers sont mis en liquidation en l'attente d'un repreneur.

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

         Pendant l'occupation Allemande, les Chantiers de Blainville ont en charge la construction d'une série de dix pétroliers de 600 tonnes pour la Kriegsmarine Allemande. Les ouvriers réussiront la gageure de ne lancer que deux navires en décembre 1942, navires qui ne naviguerons jamais. De nombreux navires seront construits après guerre jusqu'au 14 octobre 1953 et le lancement de l'Antée scelle définitivement la fin d'activité du chantier Blainvillais. Le 22 novembre 1953, les Chantiers de Blainville-sur-Orne ferment leurs portes. Aux chantiers navals succéda la SAVIEM qui existe encore aujourd'hui sous le nom de Renault-Trucks sur la zone industrielle de la rive droite du canal reliant Caen à la mer. L'usine Renault Trucks, 2 500 salariés, est le premier employeur privé de Basse-Normandie. » D'après http://www.blainville-sur-orne.fr/decouvrir_blainville/historique.html

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

         Les Chantiers navals français (CNF) « sont une entreprise de construction navale française du port de Caen, située à Blainville-sur-Orne. Fondés en 1917, ils disparaissent en 1954.

    Les Chantiers navals français sont fondés en 1918 par le gouvernement français dans le cadre de l'effort de guerre. La France doit construire de nombreux cargos pour assurer son approvisionnement depuis ses colonies. Avec ses six cales en éventail le long du canal de Caen à la mer sur une surface de 50 hectares, les CNF permettent de construire des navires de 165 m de long. Le coup d’envoi de l’activité navale est marqué par le lancement du cargo Député René Reille-Soult en 1921. Puis le pétrolier géant pour l’époque (12 000 tonnes) le Saint-Boniface est lancé en avril 1922. Au cours des années 1920 et 1930, ils lancent plus de 100 cargos. Ils construisent également plusieurs navires de guerre, comme les sous-marins de 1 500 tonnes Archimède et Persée ou les contre-torpilleurs polonais de la classe Burza. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Chantiers_navals_fran%C3%A7ais

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

    Lieux

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

    Photo 1 http://www.kelquartier.com/basse_normandie_calvados_commune_blainville_sur_orne_14550-c14076/revenu_moyen.html ; Photo 2 extraite de http://366regards.blogspot.fr/p/juin-2012.html ; Photo 3 extraite de http://www.chateauversailles.fr/l-histoire/personnages-de-cour/epoque-louis-xiv/jean-baptiste-colbert

         La porte de l'ancien château de Colbert devant l'église, plus connue sous le nom de portail Colbert fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 4 avril 1932. (Wikipédia)

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

         L'église Saint-Gerbold date partiellement du Moyen Âge. Sa façade est du 18e siècle. Elle possède un retable datant de 1666 orné d'une Présentation au Temple et de deux statues (Vierge à l'Enfant et saint Étienne) et également une statue de saint Gerbold du 16e siècle dont l'église porte le nom. (Wikipédia)

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

         Le lavoir et le fournil (ci-dessous)

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

    Photos extraites du site Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Blainville-sur-Orne

    Personnalités liées à la commune

         Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), contrôleur général des finances puis secrétaire d'État à la Maison du Roi, y fait bâtir une ferme en 1668 et prendra le titre de marquis de Blainville en 1680. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Colbert

         Jules Launay, 1906-1979, maire de Blainville-sur-Orne de 1947 à 1965. C'est notamment durant ses mandats qu'a été construit le groupe scolaire Colbert et que l'usine Renault-Trucks (alors Saviem) s'est installée sur le territoire de la commune. (Wikipédia)

         Abbé Gaston Saint-Jean (1905-1984), curé de Blainville-sur-Orne et de Bénouville de 1937 à 1962. Il est ordonné prêtre en 1930 et nommé vicaire à Falaise. En 1939, il est mobilisé comme lieutenant puis comme capitaine. Il est décoré de la croix de guerre. À son retour, il crée l’Union blainvillaise avec des activités sportives (football, basket-ball, gymnastique), des activités culturelles (théâtre (avec la jeune Annie Girardot), une chorale, des activités musicales (fanfare, harmonie), un corps de ballets pour les jeunes filles (Les Primevères). Il est à l'origine d'une salle de spectacle de 350 places (cinéma, théâtre). En 1944 il fait venir des religieuses qui ouvrent la première école maternelle et un dispensaire dans des locaux achetés par l’abbé lui-même. Durant toutes ces années, il a également la charge d’aumônier à la maison départementale de Bénouville. À ce titre, il baptise des centaines de nouveau-nés dont Gérard Lenorman. Il est officier d’académie et médaillé de l’éducation physique. (Wikipédia)

    BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche) BLAINVILLE-SUR-ORNE (rive gauche)

    Le site internet de la commune de Blainville-sur-Orne est : http://www.blainville-sur-orne.fr/

    Autres sites consacrés à l'histoire de Blainville : http://blainvillesurorne.unblog.fr/

    http://www.sortirablainvillesurorne.fr/omac/rubrique/actualite/chroniques-dhistoire-locale

    « COLOMBELLES (surtout rive droite)RANVILLE (surtout rive droite) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :